Agnès Hurstel

Sentier des Halles

50 Rue d’Aboukir 75002 Paris

Résumé

Ma mère m’a dit :  » Va te laver la Bouche ! « . Mon premier amour aussi. J’avais pas envie, du coup j’ai fait un spectacle.

Transgressive, décomplexée, jubilatoire, pendant une heure la parole se libère.
 » Un spectacle littéralement orgasmique » donc ! Et c’est Madame Figaro qui le dit. (Et on peut leur faire confiance en matière d’orgasme)

Fiche technique

Artiste : Agnes Hurstel

Infos pratiques

Séances :

  • Lundi : kiosques fermés
  • Mardi : relâche
  • Mercredi : relâche
  • Jeudi : 20h
  • Vendredi : relâche
  • Samedi : relâche
  • Dimanche: relâche
Plan d’accès

Presse

GQ  »  » Les 24 femmes qui nous excitent (mais pas pour ce que vous croyez) … quand elle parle cul l’humoriste est du genre cash, et on apprécie que cette brindille nous fasse partager ce que les autres réservent à leurs discussions entre filles.  »  »
Publik’Art  » « Difficile de rester de marbre devant cette mise en abîme drolatique de la solitude contemporaine. Le personnage se rêve en prédatrice alors qu’un petit coeur bat derrière cette épaisse couche d’auto dérision. Le langage est fleuri mais reste surtout grivois et jamais vraiment vulgaire. »  »
Comédie Magazine  »  » Elle met les pieds dans le plat, la tête dans l’eau et nous parle d’amour comme personne n’ose en parler. Sans détour, sans tabou et sans complexe. Tout ça dans un rythme effréné. Debout ou sur la table, elle déploie une énergie folle qui nous tient en haleine jusqu’au bout.  »  »
Toutelaculture  »  » Agnès Hurstel a de l’énergie et de la folie à revendre, sous ses airs de jeune femme sérieuse et rangée. Ma bite et mon couteau est un one-woman show hilarant de bout en bout. Qui nous fait découvrir une comédienne ultra-prometteuse, qui va on l’espère exploser dans les années à venir.  »  »
Madame Figaro  »  » « C’est un spectacle orgasmique, le stand up de toutes les audaces ! (…) ce spectacle joyeusement transgressif incarne une nouvelle révolution sexuelle. A la croisée de l’intime et du politique : le sexpowerment »  »  »